Famille Schanen

Sommaire :

1. L'implantation des Schanen à Kerling
2. Biographie de François Schanen

 

 

 

Document écrit par Patrick Dupont le 28/03/2008

Christine Wechtler dit "Mémé Titine" est née en 1899 à Bellmach. Son père entreprend de construire une maison avec une autre personne et réaliser deux logements mitoyens. Il meurt en 1910 et l'autre personne s'approprie l'ensemble des constructions.

De 1914 à 1918, Christine se fait embaucher dans une ferme à Kirsh-lès-Sierck. En échange de son travail, elle perçoit farine, viande etc... ce qui permet à la famille de subvenir à ses besoins en l'absence du père. Elle a un frère, Jean-Pierre qui habitera à Distroff et une soeur, Catherine qui est restée dans la maison natale. Catherine a eu trois enfants :

- François : mort en Russie durant la Seconde Guerre mondiale.

- Elise : morte à l'accouchement de Marie-Jeanne qui fut marraine de Danielle Bettembourg

- Aloyse : morte pendant la Seconde Guerre Mondiale par l'explosion d'une bombe sur leur maison.

1. L'implantation des Schanen à Kerling

restauration-schanen-edited.png

Le restaurant Schanen - 1910 -

Après la Première Guerre mondiale, Christine veut apprendre le français et grâce à un marchand de porcelet elle trouve un emploi dans une ferme à Argancy.

5 ans plus tard, toujours par l'entreprise du marchand, elle se fait embaucher au restaurant Schanen, famille qui n'a qu'un seul fils unique. Né prématurément, il est plutôt de nature chétive.

Au bout de quelque temps, la grand mère Schanen propose à Christine le marché suivant :

Epouser son fils Pierre (Père de François Schanen dit "Aya") et hériter de l'ensemble des biens de la famille :

- Grand mère Schanen = Restaurant

- Grand père Schanen = Marchand de vin d'où il a  construit la maison de Kerling en 1881 pour avoir une cave et comme la main d'œuvre ne coûtait pas cher à cette époque, il fit monter la maison qui resta vide jusqu'en 1940.

C'est ainsi que Christine Wechtler deviendra l'épouse de Pierre Jean Schanen le 30 juin 1926.

croixschanen.PNG

La croix Schanen datant de 1897 ou de 1898 à l'entrée de Kerling

Est marqué sur cette dernière : "O Crux ave spes unica" signifiant : "Salut, ô Croix notre unique espérance"

arbre1.png
arbre2.png

Arbre des mariages Schanen/Dupont - réécrit le 22 mars 2021 -

2. Biographie de François Schanen

François Schanen, ou de son nom complet, François Pierre Jean Schanen est né le 19 mai 1930 à Kerling-lès-Sierck. Il est le seul fils de Pierre Schanen et de Christine Wechtler. François a une sœur aîné, Marie-Madelaine née le 27 juillet 1927. François est appelé également "Aya", terme venant de Béatrice Bettembourg qui n'arrivait pas à prononcer son prénom.

 

François vit une enfance classique, la Seconde Guerre mondiale vient bouleverser son enfance, il subit l'occupation allemande de 1940 puis les combats dans le village en novembre 1944, évènements qui vont beaucoup le marquer au cours de sa vie.

 

François va devoir faire son service militaire au début des années 50, il sera en service du 25 octobre 1950 jusqu'au 18 avril 1952. Il occupera le poste de  Brigadier dans l'armée de terre le 16 octobre 1951. François va être principalement intégré dans des régiments situés à la frontière franco-allemande. Après son service militaire, il a fait obligatoirement partie de l'armée de réserve, il faudra attendre le 18 octobre 1967 pour qu'il soit définitivement libéré du service militaire.

aya2.png

François dans son uniforme militaire - 1952 -

aya1.png

François Schanen - 1950 ou 1952 -

Au cours de sa vie, François occupait plusieurs activités, il a commencé l'apiculture très tôt (vers 20 ans) avec la confection de miel d'acacia, il était cultivateur, bûcheron et garde champêtre. Il était connu comme quelqu'un de dévoué à sa commune.

En novembre 1944, les affrontements font rage à Kerling et en Moselle. Le village subit des offensives et des contre-offensives américaines et allemandes accompagnées de bombardements incessants. Un jour, durant cette période François se trouvait dans la grange accolée à la maison, il devait donner du foin aux vaches de l'étable malgré les affrontements à l'extérieur. François était situé en hauteur, dans la partie de la grange réservée au foin. Il commença alors son travail et jeta le foin en contre-bas, créant une petite motte de foin. Pendant l'opération, il entendit un sifflement très aigu au-dessus de sa tête, il comprit alors immédiatement qu'il s'agissait d'un sifflement d'un obus qui allait exploser dans les secondes à venir. Il lâcha ce qu'il avait et sauta dans le tas de foin en bas pour éviter de se blesser. Au moment où il sauta, l'obus explosa au-dessus du toit où était positionné François. S'il était resté en haut, il aurait très certainement été blessé. Aujourd'hui, la trace de cet événement est toujours présente, malgré les réparations du toit, on peut toujours observer une petite partie du toit légèrement déformée par l'obus.

À la fin de sa vie, François est touché par la maladie d'Alzheimer, il s'éteindra en maison de retraite le 17 avril 2014 et repose désormais à l'entrée du cimetière de Kerling.

François a joué un rôle très important en ce qui concerne la transmission du souvenir de mémoire de la Seconde Guerre mondiale à Kerling. En effet, la majeure partie des éléments à disposition proviennent de lui, aidé par son entourage familial, il a pu rassembler ces documents, témoignages et photos pour toujours en conserver une trace. Il a très certainement fait ce travail, car les événements qu'il a connus ont été très marquants dans sa vie, imaginez à 14 ans voir son village détruit de toute part et tomber sur des cadavres de soldats et de civils aux bords des routes. La guerre l'a tellement marqué que malgré le stade avancé de sa maladie d'Alzheimer, il pouvait toujours parler avec précision de Kerling pendant la guerre.

Dans la maison familiale, de nombreux vestiges de la guerre étaient présents, ils ont été probablement ramassés et apportés par François, on pouvait noter la présence dans la cave familiale d'un poignard allemand marquée de la Croix de fer, de caisses de munitions allemandes ou américaines, de 2 grenades américaines vidées donc sans danger et la présence de 2 armes. Une troisième grenade apparemment jamais dégoupillée et donc dangereuse serait présente quelque part dans la maison mais elle ne fut jamais trouvée. Les armes ont été découvertes après le nettoyage du puits de la cave, il ne restait plus que les "squelettes" et mécanismes métalliques des armes, le bois avait disparu suite à son long contact avec l'eau. Identifier ces armes et leurs origines était donc difficile. Il s'agissait d'une part d'un reste de fusil à verrou allemand, le kar98k et d'autre part le reste d'un pistolet non-identifiable. Nous pouvons cependant faire une corrélation avec le témoignage de François qui expliquait que les soldats allemands avaient déposé leurs armes dans un coin de la cave, on peut supposer qu'après cela, on jeta leurs armes dans le puits. Par la suite, ces vestiges ont été donnés à un ami collectionneur afin qu'il puisse correctement les entretenir, il n'y a malheureusement pas de photos de ces objets.

De nombreuses années plus tard en 2017-2018, en nettoyant le rucher de François, Charles et Patrick Dupont tombèrent en déplaçant quelques ruches au fond du rucher sur un obus posé à la verticale dans le coin arrière droit du rucher (par rapport à la porte d'entrée). La stupeur fut totale et ils arrêtèrent immédiatement ce qu'ils faisaient car cela était trop dangereux de continuer avec cet obus à quelques centimètres des intéressés. Un démineur fut appelé, après examination de l'obus par le spécialiste, il s'agissait d'un obus d'artillerie fumigène américain déjà tiré, il ne représentait aucun risque. Comme le veut la procédure, l'obus fut enlevé.

François et l'apiculture :

aya-ancienne-ruche.png

Le premier rucher de François - 1955 -

ayaruche-nouvelle.png

Le rucher dans sa version actuelle - 5 juin 1993 -

ayaruches2.png

François et ses abeilles - 5 juin 1993 -

aya-ruches-exterieur.png

Rangée de ruches de François - 5 juin 1993 -

ayaabeilles.JPG

Diplôme d'honneur d'apiculteur décerné à François - 16 juin 1979 -

ayatampon.png

Tampon d'apiculteur de François

(est inscrit : "François Schanen" "Kerling-lès-Sierck" "3 rue de l'Ancienne École" )

François jeune 

img20220116_11364524_edited.jpg