Famille Dupont

Sommaire :

1. Nicolas Dupont, Juste parmi les Nations
2. Soldats Pierre et Jacques Dupont
3. Matricule militaire d'Antoine Dupont

 

 

 

Sources : Société lyonnaise d'histoire de la Police | Michel Salager | Yves Bardes |  Dominique Le Dortz | Institut Yad Vashem | MémorialGenWeb | Famille Dupont

1. Nicolas Dupont, Juste parmi les Nations

Nicolas Dupont naît le 27 juillet 1900 à Kerling-lès-Sierck, il est le fils de Jean Dupont et de Marie André. Nicolas entre le 27 juillet 1925 dans la Gendarmerie et est gendarme à Gambsheim, dans le Bas-Rhin avant la Seconde Guerre mondiale. Nicolas Dupont épouse Catherine, Louise, Virginie Brandenbourger de son nom complet le 30 mai 1927 à Waldwisse, en Moselle. Ils auront deux enfants, Gilbert et Marie-Thérèse Claire dite Claire. Toujours avant la guerre, Nicolas est nommé maréchal des logis-chef, le 10 mars 1931.

nicolasdupont.png

Nicolas Dupont - date inconnue -

certificat-naissance-nicolas-dupont-edited.png

Certificat de naissance de Nicolas Dupont. On constate la germanisation des termes français, Nicolas devient "Nikolaus" et Kerling devient "Kerlingen"

- photocopie datant du 24 février 2015 -

medialle militaire.PNG

Médaille militaire décernée à Nicolas Dupont - 16 novembre 1936 -

Tantôt policier, tantôt gendarme, selon les ouvrages et documents, Nicolas Dupont est dit avoir été arrêté le 31 mars 1944 par les policiers de la SPAC (section de la police anticommuniste), à l'Intendance, incarcéré à la prison Sain-Paul à Lyon, avant d'être transféré à Compiègne-Royallieu et déporté le 10 mai 1944 à Neuengamme - Kommando de Lübeck.​

En réalité, Nicolas Dupont appartenait à la Gendarmerie. Les recherches historiques ont permis d'apporter des éléments nouveaux et de corriger certaines approximations ou erreurs afin de lui rendre l'hommage qu'il mérite.

Pendant la guerre, Nicolas devient adjudant, le 10 mai 1942. Sinistré et replié de la région Alsace-Lorraine, il est affecté successivement, le 1er juin 1941 à la brigade d'Evian, le 10 mai 1942, à la brigade d'Annecy en tant qu'adjudant et le 1er mars 1943, à la brigade de Modane. En 1944, il occupe les fonctions d'adjoint au commandant des brigades territoriales de la compagnie d'Annecy. Nicolas commence ses actes de résistance en étant membre du réseau de résistance néerlandais "Dutch-Paris", une filière d'évasion de civils et d'aviateurs alliés. Nicolas a servi et appartenu aux Forces Françaises de l'Intérieur (F.F.I), c'est-à-dire la résistance française, dans le secteur d'Annecy du 1er janvier 1943 jusqu'au 31 mars 1944, date de son arrestation.

temoignage-merite.PNG

Témoignage de mérite de Nicolas Dupont décerné par le gouvernement de Vichy pour l'arrestation de criminels auteurs d'agressions à mains armées - 16 mai 1944 -

Malgré sa hiérarchie au service du Reich et du gouvernement de Vichy, Nicolas joua un double-jeu qui lui a permis de sauver de nombreux juifs voués à une mort certaine. Ses actions sont citées dans le dossier 1537/1979 de l'institut "Yad Vashem" 

"Secourait les réfugiés et autres indésirables en fournissant des faux-papiers, cartes d'alimentation ou des cachettes. Aidait des familles juives à franchir la frontière suisse, montait dans les trains arrivant en gare d'Annecy pour mettre en sûreté les juifs qu'il savait en danger. Notamment Arthur Ingber qui était recherché. Il les arrêtait, mais au lieu de les livrer, les aidait à s'enfuir vers la montagne avec d'autres familles. Il avait trouvé un refuge à Menthon-Saint-Bernard. Y fut aussi logé le rabbin Gelernter de Bruxelles, en suite il les fit passer en Suisse. Arrêté par les Allemands et déporté à Lübeck où il trouva la mort."

Une autre source d'origine familiale énonce également que Nicolas a sauvé Fernand, Jacques, Léon, Louise, Paulette, Bernard et Pierre Lévy de la déportation.

diplome.PNG

Diplôme d'honneur de Nicolas Dupont - 18 juin 1979 -

Il est arrêté le 31 mars 1944, vers 13h par la police allemande. Le capitaine commandant la compagnie avait reçu la visite d'un fonctionnaire en civil de la police allemande et de deux feldgendarmes qui voulaient voir l'adjudant au sujet d'une enquête qu'il avait effectué. Le 10 janvier 1944, un habitant de Saint-Jorioz avait été victime à son domicile d'une attaque à main armée par des inconnus. L'adjudant avait été chargé de l'enquête. Les policiers allemands voulaient faire une sorte de confrontation ou de présentation et ce dans les locaux de la Feldgendarmerie. Dupont, confiant se présentait et était arrêté, sous ce faux prétexte. Aucune explication n'est fournie à son supérieur. D'abord incarcéré à Annecy, il était transféré à Lyon, et le 6 mai interné à la prison Montlue, déplacé à Compiègne-Royallieu et déporté par le convoi du 21 mai sur Neuengamme. Nicolas sera au total interné du 31 mars 1944 au 27 mai 1944, puis déporté du 28 mai 1944 au 3 mai 1945. Il est tué lors du bombardement du paquebot-prison "Cap Arcona" en baie de Lübeck-Neustadt, le 3 mai 1945 par l'aviation britannique.

Peu avant son arrestation, il avait accueilli puis dirigé vers la Suisse deux alsaciens déserteurs de l'armée allemande. Arrêtés avant la frontière, ils l'auraient dénoncé.

Nicolas Dupont a été promu sous-lieutenant le 2 juin 1950 à titre posthume et son décès a eu le statut de "Mort pour la France".

Son nom est gravé sur le monument aux morts de Montigny-lès-Metz -1939-1945- dédié aux morts aux maquis ou dans les camps.

Une plaque était apposée sur l'ancienne gendarmerie d'Annecy puis à la Préfecture en son honneur :

"Adjudant Dupont Nicolas, commandant de brigade d'Annecy, mort pour la France, le 3 mai 1945"

Avec la mort de Nicolas Dupont, de nombreuses distinctions posthumes en son honneur ont été faites. La veuve de Nicolas Dupont reçoit en mai 1950 de la main de Sa Majesté des Pays-Bas, la reine Juliana la Croix de la Résistance des Pays-Bas en hommage à son appartenance au réseau de résistance "Dutch-Paris". Nicolas obtient à titre posthume la médaille de la Résistance Française le 16 novembre 1953, par décret du 22 septembre 1953. Nicolas est également fait le 16 novembre 1953, "Chevalier de la Légion d'Honneur". En mars 1954, le fils de Nicolas Dupont, engagé volontaire dans l'armée, se voit attribué les distinctions de Nicolas, il reçut la croix de chevalier de la légion d'Honneur, la croix de guerre et la médaille de Libération.

Le 5 octobre 1976, la famille d'Arthur Ingber, sauvé par Nicolas Dupont a planté 5 arbres dans la forêt des Martyrs en Israël en la mémoire de Nicolas.

Nicolas Dupont reçoit à titre posthume, le 18 juin 1979, la médaille et le diplôme d'honneur des "Justes parmi les Nations."

remise-medailles.PNG

La remise des distinctions posthumes au jeune Dupont - Mars 1954 -

Le 1er février 2018, a eu lieu une cérémonie à Kerling-lès-Sierck en hommage à Nicolas Dupont pour ses actes de bravoure durant la Seconde Guerre Mondiale. Les sous-officiers de la gendarmerie de Dijon ont choisi Nicolas Dupont comme leur parrain et ont fait le déplacement pour assister à la cérémonie. Une plaque commémorative a été installée à l'entrée du cimetière de Kerling en hommage à celui-ci.

chevalier..PNG

Ordre national de la légion d'honneur - 16 novembre 1953 -

medaille resistance.PNG
monument-montigny_edited.jpg

Médaille de la Résistance Française - 16 novembre 1953 -

Monument aux morts de Montigny-lès-Metz où est inscrit Nicolas Dupont

plaque.jpeg

Plaque commémorative en l'honneur de Nicolas Dupont à Kerling

2. Soldats Pierre et Jacques Dupont

Pierre Dupont : Né le 20 novembre 1894 à Kerling-lès-Sierck, fils de Jean Dupont et de Marie André, Pierre Dupont est enrôlé dans l'armée allemande lors de la Première Guerre mondiale du fait de l'annexion de l'Alsace-Lorraine lors de la défaite de la Guerre de 1870. Il fait partie du "Grenadier Regiment 11" qui est un régiment d'infanterie allemand. Pierre est présent lors de l'Offensive Meuse-Argonne (26 septembre - 11 novembre 1918), qui est une offensive franco-américaine contre l'armée allemande. Pierre est tué lors de la bataille de Montfaucon le 26 ou le 27 septembre 1918 en Meuse, soit le premier jour ou lors du deuxième jour de la bataille. Il avait 23 ans. La nature de sa mort est inconnue mais il a été très probablement tué sur le coup ou bien mort de suite de ses blessures.

Jacques Dupont : Né le 4 décembre 1879 à Kerling-lès-Sierck, fils de Jean-Pierre Dupont et de Marie Sondag, Jacques Dupont est lui aussi enrôlé dans l'armée allemande durant la Première Guerre mondiale. Il fait partie du "Feld Artillerie Regiment 247" qui est un régiment d'artillerie de campagne allemand. Jacques combat dans l'Oise en 1918, il combat à Canny-sur-Matz et est tué le 9 juin 1918 à 38 ans. La nature de sa mort est également inconnue, il a soit été tué sur le coup ou bien mort de suite de ses blessures. 

stèle.png

Jacques et Pierre Dupont sont inscrits sur la stèle commémorative de l'église de Kerling.

3. Matricule militaire d'Antoine Dupont

Matricule militaire d'Antoine Dupont, né à Kerling-lès-Sierck le 10 Décembre 1775, fils de Jean Dupont et d'Elisabeth Cothe.

Antoine Dupont sert dans l'armée napoléonienne sous le premier empire français en tant que fusilier dans la 85ème Demi-Brigade de ligne de 1802 à 1805.

Note : Dans la maison familiale à Kerling, était présent un uniforme complet de soldat napoléonien qui appartenait très certainement à Antoine Dupont. Cependant durant la Seconde Guerre mondiale, les maisons étant très souvent vides pendant de longs moments à cause des combats, la tenue a été volée par une personne inconnue qui serait un collectionneur d'objets militaires de l'époque. L'uniforme ne fût jamais retrouvé.

antoine-dupont-edited.png

Matricule militaire d'Antoine Dupont